Articles Tagués ‘Freeric Huginn’


Bon jeudi, mon monde!

Voici ma petite note sur Illuminati Revolution de Freeric Huginn, son second roman auto-édité.

illuminati revolution

Un matin, tandis que Loïc se regarde dans le miroir de sa salle de bains, quelque chose ne tourne pas rond. Qu’est-ce qui cloche encore chez lui ? Une étrange lueur enveloppe tout son corps. Même les objets sont touchés par cet inquiétant phénomène. Quant à ces effroyables hallucinations monstrueuses, vont-elles enfin s’arrêter ?
Après avoir consulté plusieurs médecins, Loïc va dorénavant devoir se confronter à son destin, mais les Illuminatis veillent… Qui sont-ils ? Que lui veulent-ils ? Et pourquoi l’avoir choisi lui, le petit vendeur informatique minable, dont la vie semble bien insignifiante comparée aux projets occultes et mégalomaniaques de ces Maîtres du monde ? Et qui est Raoul, cet homme insolite qui va lui tendre la main et l’initier au Tarot de Marseille alors que celui-ci est au plus bas ?

billet de 1 dollar


«Souviens-toi. Parfois la réponse se cache dans la question. Si une question n’a pas de réponse, c’est que la question n’existe pas.»Illuminati Revolution
Se retrouver du jour au lendemain à voir des couleurs entourant les personnes … Ça peut effrayer, non? Faire des rêves où la réalité s’entremêle, laissant deviner des informations sur l’évolution de la vie? Là, ça devient flippant, hein? C’est ce que vit notre ami, Loïc.
chakra_balancing
Qu’est-ce que l’aura au juste? L’aura signifie « lumière ». C’est un champ électromagnétique ovoïde qui enveloppe notre corps physique : elle est colorée, vibre et ondule constamment.
L’être humain possède une lumière entourant son corps physique. Nous sommes des êtres lumineux même si nous ne brillons pas de la même façon tout au long de notre vie. (Tout dépendant du moment de vie : la joie, la peur, la tristesse, la maladie …)

«(…) je peux te dire que je vois comme un puissant rayonnement blanc bleuté autour d’elle». Illuminati Revolution
Bien évidemment, nous ne sommes pas les seuls à avoir une enveloppe lumineuse ; les animaux, les végétaux, les minéraux l’ont également.
porte des reves

Les rêves contiennent des enseignements nous permettant d’avancer, de se poser des questions, mais aussi de se construire. C’est une façon d’unifier l’esprit de l’éveil et l’esprit du sommeil.

Certaines personnes sensitives peuvent voir les couleurs de l’aura. Le personnage principal de Freeric Huginn dans Illuminati Révolution, l’est. Totalement paniqué par ce «problème», qu’il croit être de vue, il faut l’intervention d’un «maitre» pour lui montrer un début de chemin … initiatique? Le maitre est présent le temps que son apprenti puisse voler de ses propres ailes.

«Mon rôle consiste uniquement à te venir en aide (…) Ma mission accomplie, nos chemins divergeront pour toujours.» Illuminati Revolution

tarot de marseilleUne histoire «normale» mêlant de l’ésotérisme: aura, rêve initiatique, tarot, prémonition…
Une histoire que je suis contente d’avoir poursuivie et d’avoir lue jusqu’au bout.

Merci, Freeric pour l’envoi de ce second livre 😉
Envie de le lire ? Cliquez juste ICI

 

 

PS : génial, le lexique des expressions typiquement françaises à la fin du livre 😉 Mes amis du Québec, vous allez apprécier!

Dans le monde fantastique de petits doigts courant sur le clavier de l’énergie bleutée …

muriellemi_rouge

illuminati revolution

Plus d’infos sur Murielle Mi :

fb Page Facebook où je vous donne les dernières nouvelles  Murielle Mii
instagram_app_large_may2016_200 Instagram photos et autres … @muriellemi
watt Wattpad – Prima Alpha Andromedae  Murielle Mi

Publicités

Bonjour mon monde!

« Un monstre n’est pas forcément une entité tout droit sortie des profondeurs infernales… c’est quelqu’un qui nous ressemble » Freeric Huginn

Véhicule de Gendarmerie On suit les aventures du jeune Fred qui décide de s’engager dans l’armée au lieu d’être un parasite pour ses parents (ce n’est pas moi qui le dis!). Il devance son appel au service militaire et s’engage donc par la suite comme « Appelé » dans la gendarmerie nationale de France. À travers ses écrits, l’auteur aborde dans un style audacieux avec une pointe d’humour noir et souvent pince-sans-rire, les vicissitudes de l’être humain vu avec des yeux différents. Des yeux d’être humain devant protéger et servir la population. Un monde dont le commun des mortels ne connaît pas ou peu l’existence.

Plusieurs thèmes sont abordés dans « Autopsie d’une saison en gendarmerie ».

Une réflexion sur le pourquoi de la vie de l’Homme sur Terre. Qu’est-ce que l’existence exactement? Pourquoi vit-on? On naît, on vit, on meurt. C’est simple. Certains vont créer de grandes choses, d’autres non. Certains vont être des victimes, d’autres non. Certains vont protéger leur pays aux dépens de leur vie. D’autres, non! Certains n’auront pas le choix. D’autres défieront la vie ou la justice de l’Homme!

Se rendre compte que la justice n’est pas celle qu’on pense, qu’elle possède d’énormes failles sur beaucoup de points vous fait prendre un coup de massue en pleine tête! Par exemple, l’homme qui préfère rester à l’hôpital psychiatrique au lieu de revenir à la vie active. Savez-vous pourquoi? À cet endroit, il peut recevoir toutes les drogues qu’il veut avec l’accord de médecin. Il va donc pouvoir les écouler en pièces sonnantes et trébuchantes à ses revendeurs. « Un véritable Eldorado de la défonce ». Ou bien le pervers étranger venant en vacances en France, se faisant prendre pour la première fois la « main dans le sac », mais ne risquant rien, car le temps que les procédures se fassent, il sera déjà loin…

Des personnes meurent tous les jours. On se pose donc des questions sur l’utilité de la vie quand on voit des enfants mourir anonymement. Quand des déséquilibrés laissent parler leurs perversions. On se prend à souhaiter que certains aillent en prison. On se prend à souhaiter la mort pour certains. Et ceci, avec force et colère!

On se remet en question : qui est-on exactement? Je parle de ce « moi profonautopsie-1d » et non pas ce « moi superficiel » qu’on montre à la société. Voir la mort de près vous remet en question sans cesse.

Qu’est-ce qu’un héros? Je ne vous parle pas de Superman ou d’Hulk possédant de superpouvoirs et nous sauvant, pauvres petits Terriens que nous sommes!
Je parle d’hommes et de femmes qui se sont battus et qui se battent chaque jour pour leurs pays respectifs. Car beaucoup de personnes l’oublient: des milliers, voire des millions de militaires affrontent des combats, des batailles ou la guerre afin de sauver des vies… au détriment d’autres vies. La plupart ont dû tuer pour rester en vie. La plupart ont dû se déconnecter des ordres reçus. La plupart de ces personnes sont brisées par le poids de ce qu’ils ont dû faire. Car, pour rester en vie, il faut tuer.

« Tu sais qui nous tiraient dessus ou lançaient ces grenades? Des gamins! Des minots de huit ans! Mais tu tires quand-même, car là, faut pas réfléchir! C’est eux ou toi! Tu comprends?! Alors tu fais ce qu’il faut, tu réfléchis plus, tu ne penses plus, tu fais ce qu’on te dit de faire. Tu obéis aux ordres et basta. »

 Dans toutes ces anecdotes, je me suis retrouvée à rire quand, d’une manière tellement naturelle le personnage principal fulmine sur le suicide d’une dame en plein mois de juillet. Période chaude où le corps se décompose à vitesse grand V… j’avoue que c’est « crade » la façon dont je vous le dis, mais le style d’écrit de l’auteur fait passer cette mort comme une anecdote malicieusement noire.
Il y a eu des moments où je n’ai pu m’empêcher de grimacer de dégoût et de poser ma tasse de café loin de moi. J’arrivais à sentir l’odeur nauséabonde qui se dégageait du livre et je retenais mon souffle en même temps que les personnages! J’étais littéralement dans l’histoire!
Et moi, je fustigeais la pauvre victime de s’être donnée la mort en plein mois de juillet!

Finalement, ce ne fut pas une mauvaise orientation, mon cher Freeric, puisque finalement t’as écrit « Autopsie d’une saison en gendarmerie ». Fallait-il que tu passes par-là pour avoir l’inspiration et ainsi pouvoir nous donner ton sentiment sur tes deux années en gendarmerie?

Comme quoi, il n’y a pas de hasard dans la vie. Merci pour ce bon livre, qui se lit facilement!

Autopsie d’une saison en gendarmerie sur amazon si vous souhaitez l’acheter.

Dans le monde fantastique de petits doigts courant sur le clavier de la Justice à deux vitesses …

muriellemi_rouge

freeric-huginn

Plus d’infos sur Murielle Mi :

fb Page Facebook où je vous donne les dernières nouvelles  Murielle Mii
instagram_app_large_may2016_200 Instagram photos et autres … @muriellemi
watt Wattpad – Prima Alpha Andromedae  Murielle Mi

Bonjour mon monde!

« Un monstre n’est pas forcément une entité tout droit sortie des profondeurs infernales… c’est quelqu’un qui nous ressemble » Freeric Huginn

On suit les aventures du jeune Fred qui décide de s’engager dans l’armée au lieu d’être un parasite pour ses parents (ce n’est pas moi qui le dis!). Il devance son appel au service militaire et s’engage donc par la suite comme « Appelé » dans la gendarmerie nationale de France. À travers ses écrits, l’auteur aborde dans un style audacieux avec une pointe d’humour noir et souvent pince-sans-rire, les vicissitudes de l’être humain vu avec des yeux différents. Des yeux d’être humain devant protéger et servir la population. Un monde dont le commun des mortels ne connaît pas ou peu l’existence.

Plusieurs thèmes sont abordés dans « Autopsie d’une saison en gendarmerie ».

Une réflexion sur le pourquoi de la vie de l’Homme sur Terre. Qu’est-ce que l’existence exactement? Pourquoi vit-on? On naît, on vit, on meurt. C’est simple. Certains vont créer de grandes choses, d’autres non. Certains vont être des victimes, d’autres non. Certains vont protéger leur pays aux dépens de leur vie. D’autres, non! Certains n’auront pas le choix. D’autres défieront la vie ou la justice de l’Homme!

Se rendre compte que la justice n’est pas celle qu’on pense, qu’elle possède d’énormes failles sur beaucoup de points vous fait prendre un coup de massue en pleine tête! Par exemple, l’homme qui préfère rester à l’hôpital psychiatrique au lieu de revenir à la vie active. Savez-vous pourquoi? À cet endroit, il peut recevoir toutes les drogues qu’il veut avec l’accord de médecin. Il va donc pouvoir les écouler en pièces sonnantes et trébuchantes à ses revendeurs. « Un véritable Eldorado de la défonce ». Ou bien le pervers étranger venant en vacances en France, se faisant prendre pour la première fois la « main dans le sac », mais ne risquant rien, car le temps que les procédures se fassent, il sera déjà loin…

Des personnes meurent tous les jours. On se pose donc des questions sur l’utilité de la vie quand on voit des enfants mourir anonymement. Quand des déséquilibrés laissent parler leurs perversions. On se prend à souhaiter que certains aillent en prison. On se prend à souhaiter la mort pour certains. Et ceci, avec force et colère!

On se remet en question : qui est-on exactement? Je parle de ce « moi profond » et non pas ce « moi superficiel » qu’on montre à la société. Voir la mort de près vous remet en question sans cesse.

Qu’est-ce qu’un héros? Je ne vous parle pas de Superman ou d’Hulk possédant de superpouvoirs et nous sauvant, pauvres petits Terriens que nous sommes! Je parle d’hommes et de femmes qui se sont battus et qui se battent chaque jour pour leurs pays respectifs. Car beaucoup de personnes l’oublient: des milliers, voire des millions de militaires affrontent des combats, des batailles ou la guerre afin de sauver des vies… au détriment d’autres vies. La plupart ont dû tuer pour rester en vie. La plupart ont dû se déconnecter des ordres reçus. La plupart de ces personnes sont brisées par le poids de ce qu’ils ont dû faire. Car, pour rester en vie, il faut tuer. « Tu sais qui nous tiraient dessus ou lançaient ces grenades? Des gamins! Des minots de huit ans! Mais tu tires quand-même, car là, faut pas réfléchir! C’est eux ou toi! Tu comprends?! Alors tu fais ce qu’il faut, tu réfléchis plus, tu ne penses plus, tu fais ce qu’on te dit de faire. Tu obéis aux ordres et basta. »

 Dans toutes ces anecdotes, je me suis retrouvée à rire quand, d’une manière tellement naturelle le personnage principal fulmine sur le suicide d’une dame en plein mois de juillet. Période chaude où le corps se décompose à vitesse grand V… j’avoue que c’est « crade » la façon dont je vous le dis, mais le style d’écriture de l’auteur fait passer cette mort comme une anecdote malicieusement noire.
Il y a eu des moments où je n’ai pu m’empêcher de grimacer de dégoût et de poser ma tasse de café loin de moi. J’arrivais à sentir l’odeur nauséabonde qui se dégageait du livre et je retenais mon souffle en même temps que les personnages! J’étais littéralement dans l’histoire!
Et moi, je fustigeais la pauvre victime de s’être donnée la mort en plein mois de juillet!

Finalement, ce ne fut pas une mauvaise orientation, mon cher Freeric, puisque finalement tu as écrit « Autopsie d’une saison en gendarmerie ». Fallait-il que tu passes par-là pour avoir l’inspiration et ainsi pouvoir nous donner ton sentiment sur tes deux années en gendarmerie?

Comme quoi, il n’y a pas d’hasard dans la vie. Merci pour ce bon livre, qui se lit facilement!

Amazon: Autopsie d’une saison en gendarmerie

Dans le monde fantastique de petits doigts courant sur le clavier de la Justice à deux vitesses …

muriellemi_rouge

freeric-huginn

En train de lire un roman pour ma petite note mensuelle … Oui, oui, je fais cela quand je n’écris pas 😉
C’est celui de Freeric Huginn et ses palpitantes aventures dans  » Autopsie d’une saison en gendarmerie « . Un jeune auteur auto-édité. On suit les affaires qu’un jeune gendarme, se voit confier au fur et à mesure des enquêtes.

L’auteur a une  façon particulière de décrire les faits divers. Une façon qui amène le lecteur à se positionner la plupart du temps, à se questionner dans un second temps sur ce qu’est vraiment la justice … des deux points de vue.

Note prévue pour la semaine qui arrive.

Cliquez pour voir la vidéo ( elle est nulle mais je l’aime bien ) et surtout la musique en fond sonore ( hi hi hi ): « Autopsie d’une Saison en Gendarmerie »

Préface :
Plongez au milieu des entrailles d’une Brigade Territoriale de la Gendarmerie Nationale, et vivez chaque intervention et chaque fait divers issu de faits réels, comme si vous y étiez. Cependant, gardez à l’esprit que le contenu des viscères n’étant pas renommé pour sentir la rose, le ton employé ne devra pas vous étonner. D’autant plus que le tableau dressant l’état général de l’âme humaine, présenté ici, n’est pas reluisant et possède plus d’accointances avec le portrait de Dorian Gray, peu avant que celui-ci eut rendu son dernier souffle, qu’à une œuvre de Botticelli ou encore de Gustav Klimt.

Amazon Canada . Le livre est bien sur vendu en France 😉

 

Dans le monde fantastique de petits doigts tapotant sur le clavier de la « Justice » ?

muriellemi_rouge

freeric-huginn