Articles Tagués ‘francais’

Bonjour mon monde!

« Vous vous aimez », phrase répétée comme une évidence dans le livre!

C’est l’histoire de Lalia et d’Augustin. 30 et 36 ans. Habitant Paris, ils se rencontrent lors d’une soirée et sont tout de suite attirés l’un par l’autre. Ils s’aiment. Et parce qu’ils s’aiment, ils ne savent pas comment s’aimer. « Pardon, me direz-vous », les sourcils froncés essayant de comprendre ce que je viens d’écrire… 🙂

Encore une fois, ces propos n’engagent que mes petits doigts qui tapotent sur mon clavier rouge du jour. Certains ne seront pas d’accord, critiquons constructivement. D’autres oui, alors lâchez vos commentaires, les amis lecteurs!

Qu’est-ce l’amour au juste? Un lien puissant qui vous attire vers l’autre, sans que vous ne sachiez pourquoi. Un lien qui vous ronge le corps, l’esprit et le cœur. Mais quand l’un a peur et se bouche les oreilles, se cache les yeux, ferme sa bouche, comment faire? Quand l’une a besoin de mettre des mots sur des sentiments, des non-dits, comment faire? La question serait donc, comment aimer quand deux personnalités jumelles s’opposent?

L’histoire est rondement menée. De manière vive, fluide, sans à-coup. Alice décrit la vie du personnage principal : Lalia, une jeune femme normale. Comme vous, comme moi et comme beaucoup d’autres. Travaillant dans un bureau de « merde », s’amusant avec ses amis, mordant la vie à pleines dents. Pourtant Lalia, comme nous toutes, veut une relation stable avec un compagnon qui l’aime.

Je vous disais donc que l’écriture était aisée à lire. Un humour décalé que j’adore, qui m’a fait sourire tout au long de la lecture. « Ce n’est pas possible d’aller plus loin avec un homme qui a des poils sur le nez » en référence à un homme qui la draguait. Ou aux petits bonshommes dans le fameux jeu vidéo « en courant dans tout l’appartement et en agitant les bras […] on dirait des Sims quand il y a le feu dans la maison ». Dans une réalité affectée, Alice arrive à faire sourire ses lecteurs… du grand art!

Ce n’est qu’à partir du chapitre six, que des dialogues surviennent. Totalement désopilants et grandioses pour la plupart. Quand un nouveau personnage arrive dans l’histoire, Alice le présente d’une manière déroutante de facilité. Ne me demandez pas comment elle le fait, lisez le bouquin et vous verrez!

Dans chaque livre que je lis, veut, veut pas il y a une morale. Expérience vécue ou pas, l’écrivaine a ce petit don (on parle bien sûr de l’écriture!) qui permet de nous faire ressentir tous ces sentiments à travers lesquels le personnage passe. Un cheminement de vie.

Qu’est-ce vraiment la liberté? Être obligé de travailler dans un boulot non-valorisant afin de pouvoir payer ses factures… est-ce cela être libre? Confucius a dit: « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Peu de personnes osent faire de cet adage leur vie de tous les jours, et pourtant…

Vivre pour soi. Est-ce égoïste? Non, pas du tout! Justement, on ne s’écoute pas assez. On ne s’aime pas assez. On ne vit pas vraiment! Pourquoi devrait-on juste vivre pour le regard d’autrui? Pour l’amour de l’autre? Et c’est souvent cela le problème: on s’oublie! On ne se fait pas assez confiance! La raison, la plupart du temps, provient de notre enfance. Nous avons des complexes en nous comparant aux autres. Ces soucis d’enfant refoulés, non-résolus avant la case adulte, peuvent occasionner des attentes de part et d’autre, voire de la peur.

On se laisse souvent manipuler… des suggestions subliminales à la frontière de la psychologie inversée, lui laissant soi-disant le choix, mais sachant qu’il a un ascendant sur elle et surtout sur son cœur. « Tu fais ce que tu veux Lalia, mais […] Tu sais où me trouver […] Je te laisse réfléchir, et si tu veux… »

Alice Bel nous montre qu’après l’orage, le soleil se remet à briller. L’espoir d’avancer est présent dans tout être humain.
Notre plus grande gloire n’est point de tomber, mais de savoir nous relever chaque fois que nous tombons. [Confucius]

“Mille mercis” pour ce bel ouvrage Alice 😉

 

N’hésitez pas à vous procurer : Il ne peut rien arriver dans un monde qui n’existe pas. Un roman d’Alice Bel.

Page Facebook Alice Bel : http://bit.ly/2bnQxPJ

Amazon.fr : https://www.amazon.fr/Alice-Bel/e/B01HDER9FY

Dans le monde fantastique de petits doigts courant sur le clavier du choix …

muriellemi_rouge

Il ne peut rien arriver dans un monde qui n'existe pas

Lien Wattpad – Prima Alpha Andromedae  Murielle Mi

Page facebook que je vous donne les dernières nouvelles  Murielle Mii

Instagram photos et autres … @muriellemi

 

Air Canada Rouge est le dernier-né (2012) de la filiale d’air canada. Loin de moi de vouloir faire une ode ou de la publicité pour cette compagnie aérienne. J’ai seulement été extrêmement étonnée de l’excellent service des employés (dynamique, énergique)  ainsi que de la propreté de l’avion.

La couleur rouge prime partout dans l’aéronef. En passant par les rideaux bourgogne séparant la classe affaire de la classe économique, aux uniformes des stewards/ hôtesses, les napperons, menus …TOUT est rouge
Sièges très propres.
En club affaires, toujours la composition 2 * 2
En classe économique, composition 3 * 3
Mon vol partait de Vancouver vers Los Angeles

En voulant travailler un peu sur mon ordinateur, je constate que, ô surprise, il n’y a pas de prises de courant… Pas top! Mais vraiment pas…
J’ai alors demandé à un steward qui passait par là, la raison. Quand il a entendu mon accent français (ou plutôt mes balbutiements en anglais :)), il m’a répondu en francais et il s’est excusé, expliquant que dans ces aéronefs, il n’y en avait pas.
Pour compenser ce souci, Julien – c’est son prénom – m’a fait un rabais sur mon repas, afin de me faire oublier ce désagrément. C’est ce genre de personne qui me fait aimer Air Canada

A NE PAS OUBLIER :  Chargez donc vos appareils (ordinateurs, tablettes … avant de monter dans l’avion)

A bord de Canada Rouge, vous disposez du “lecteur”. Le lecteur est un système de divertissement sans fil à partir duquel les passagers ont accès à des films, à des séries télévisées, à du contenu sur mesure, à de la musique et à de l’information sur les destinations. Vous pouvez y cependant y accéder grâce à votre ordinateur, tablette ou autres …

Si vous n’en avez pas, en classe économique, vous pouvez louer une tablette 10.00$ pour la durée de votre trajet. (À titre d’informations, le trajet entre Vancouver et Los Angeles est de 2 h 50)

Parlons des repas. Ce n’est pas de la haute gastronomie, mais pour avoir dégusté un « wrap au poulet » avec quelques petites bouteilles de mousseux ( bottega gold ), je peux vous dire que cela vaut le coup.
Le plus de mon voyage :

  • le bilinguisme (français/anglais)
  • Système de lecteur avec son propre appareil électronique
  • Gentillesse et dynamisme des employés d’air Canada Rouge
  • le menu ( « wrap au poulet », collation, vin mousseux … )

Le moins de mon voyage :

  • Pas de prises de chargement
  • Pas d’écran individuel ou d’écran tout court
  • Location de tablettes à 10.00$
  • Taille des sièges

 

Et vous? Avez-vous déjà voyagé avec Air Canada Rouge? Quelle est votre expérience?