Articles Tagués ‘antilles francaises’

On se bousculait, hier (21 octobre), dans le Hall panoramique du Centre des sciences de Montréal, où une délégation d’officiels et de professionnels du tourisme de la Martinique recevait les agents de voyages et les journalistes. La délégation était conduite par la nouvelle présidente du Comité martiniquais du tourisme (CMT), Karine Roy-Camille, qui a profité de l’occasion pour annoncer plusieurs mesures destinées à bonifier l’offre touristique.

Il a notamment été question de la mise en place de trois routes touristiques, de la rénovation de la création d’un bureau des congrès, de la construction d’un terminal de croisières à Saint-Pierre et d’une augmentation du budget de promotion sur le marché québécois.

« La nouvelle administration du Comité régional élue en avril a identifié le tourisme comme levier essentiel du développement économique, ce qui a rassuré les professionnels et donné confiance aux investisseurs », expliquait Karine Roy-Camille. (L’élue régionale est issue des milieux du tourisme, puisqu’elle est propriétaire d’une agence, SMCR Voyages, qui déploie plusieurs points de vente en Martinique.)

Plusieurs projets

La volonté d’utiliser le tourisme comme levier économique se manifestera notamment par l’injection de fonds dans plusieurs projets. Trois routes touristiques seront mises en place :

  • une (incontournable) Route des rhums, qui drainera les visiteurs vers quelques grandes plantations et distilleries de l’île;
  • une Route des personnages illustres, qui leur permettra de découvrir les lieux où vécurent l’impératrice Joséphine, le peintre Paul Gauguin et l’écrivain Aimé Césaire;
  • et une Route du patrimoine historique, qui mettra en vedette la ville de Saint-Pierre.

Deux des établissements hôteliers les plus connus de l’île seront restaurés et rouverts : l’ancien hôtel Méridien et la plantation de Leyritz, siège notamment d’une rencontre au sommet entre le président français Valéry Giscard d’Estaing et son homologue américain de l’époque, Gerald Ford.

Un bureau de congrès baptisé Caraïbes françaises sera créé en collaboration avec la Guadeloupe et des zones touristiques d’intérêt régional seront identifiées.

Au sein de la délégation venue pour le Salon international Tourisme Voyage (SITV) figuraient quelques hôteliers (notamment le Bambou, le Cap Est, le Pierre & Vacances, le Plein Soleil et le tout nouveau La Suite Villa) et des représentants d’attractions touristiques comme la Savane des esclaves (reconstitution d’un village de descendants d’esclaves) et le Réseau Tak-Tak, qui regroupe des gîtes, des artisans et des producteurs du terroir, essentiellement dans le nord de l’île.

9300 sièges cet hiver

Les responsables du Comité martiniquais du tourisme sont déterminés à poursuivre leurs efforts pour séduire le marché canadien.

« Avec le vol saisonnier affrété par Tours Mont-Royal et le Club Med et le vol hebdomadaire d’Air Canada, pas moins de 9300 sièges seront commercialisés cet hiver dans le couloir Montréal-Fort-de-France», observait Karine Roy-Camille.

« Notre destination est plus chère que d’autres îles de la Caraïbe, mais il ne s’agit pas du même type de produit. Nous bénéficions d’infrastructures impeccables et d’un niveau de vie élevé, qui garantit un cadre sécuritaire aux visiteurs. On ne vient pas en Martinique pour rester confiné au même hôtel pendant une semaine. Au-delà des plages, il y a chez nous une dimension humaine et culturelle qui nous distingue des autres îles, surtout pour les francophones », concluait-elle.

André Désiront

 

Un traiteur antillais a ouvert ses portes depuis le 15 septembre 2010
Il nous propose toutes les saveurs et senteurs des îles … bokits, accras, boudin et autres

Les horaires d’ouvertures :
Mardi – Vendredi 11h à 20h
Samedi 11h à 22h
Dimanche 11h à 18h

L’adresse : 1886 ontario est Montreal, QC ( metro Frontenac)
Tel: 438 380 8081
http://www.facebook.com/home.php?ref=home#!/profile.php?id=100001441256060&ref=ts

Nous décidons de nous rendre dans la commune du François, qui est située au centre de la Martinique, sur la côte Atlantique. Pour y parvenir, nous décidons de passer par les terres. ( Nous pouvons le faire également en passant par la ville du Robert,en longeant la côte avec un point de vue sur l’océan atlantique ).
Des champs de canne à sucre ainsi que des plantations de bananes défilent devant nos yeux.

A la Martinique, le terme habitation désigne un domaine agricole avec ses plantations, sa maison et ses bâtiments d’exploitation. L’Habitation Clément réunit aujourd’hui au cœur des plantations de cannes à sucre, une maison de rhum, réputée et un site culturel et patrimonial majeur.

A notre surprise, des mariés se faisaient prendre en photos à l’entrée de l’Habitation. 🙂

Plus nous avançons, plus l’Habitation nous dévoile ses charmes … des arbres centenaires, des maisons typiquement créoles, un jardin immaculé … On continue sur une petite route ne nous permettant pas d’aller trop vite ( est ce fait exprès pour que nous puissions admirer tout ceci? sûrement!). On se serait cru retourner à l’époque ou tout a commencé…

Homère Clément crée sa distillerie en 1917 sur son habitation Acajou, terre de culture de la canne à sucre depuis le 18ème siècle. Depuis cette époque, le Domaine de l’Acajou produit des rhums agricoles issus de la distillation du pur jus de la canne à sucre. Les rhums Clément symbolisent la tradition martiniquaise reconnue depuis 1996 par l’attribution d’une Appellation d’origine contrôlée (AOC). Les quatre chais où vieillissent plus de 1 200 000 litres de rhum font aujourd’hui de Clément le plus important producteur de rhum vieux de la Martinique.

Nous faisons la connaissance de Celia Sainville, la responsable du développement de l’Habitation Clément. Elle nous explique que la mise en valeur du patrimoine du site attire énormément de visiteurs – touristes mais aussi Martiniquais-
A savoir que la maison principale est classée Monument Historique, qu’il y a plus de 300 espèces de plantes tropicales dans le jardin de 16 hectares entourant le domaine de l’Acajou. L’ancienne distillerie a été transformée en centre d’interprétation du rhum.
De la coupure de la canne, jusqu’à sa dégustation 🙂 , la visite d’une durée d’environ 1h30 nous permet de comprendre comment le rhum se fait.
Un audiophone nous est fournit afin d’avoir  les explications au fil du parcours.

Antoine lors d’une présentation du CMT

J’ai fais la connaissance d’un jeune Martiniquais de 24 ans vivant depuis quelques années à Montréal. Il s’appelle Antoine Omère.

Il travaille actuellement pour le CMT de Montréal – Comité Martiniquais du Tourisme – en tant qu’assistant marketing et administratif.
Le but du CMT est de faire la promotion de la Martinique au Canada. De faire connaitre la destination par le plus grand nombre de Canadiens.
De ce fait, de nombreux évènements ont lieu tout au long de l’année, dont « Martinique Gourmande». Antoine est l’un des principaux instigateurs.

Martinique Gourmande propose aux Québécois, par l’entremise de restaurants vedettes, de pouvoir gouter à la gastronomie Martiniquaise.
Pour mémo, il faut savoir que l’évènement rencontre un franc-succès. C’est le buzz de l’été! Lors de  la première édition on pouvait comptait 4 restaurants québécois, 1 an après, 7. Cette année compte 15 restaurants et bars dans la région de Québec – Montréal et Longueuil- qui se sont alignés à cet évènement

Objectif numéro un est de  faire découvrir la gastronomie de cette belle île des Antilles Françaises, ses saveurs, ses couleurs ainsi que son rhum agricole reconnu à travers le monde, comme l’un des meilleurs.
Les cuisiniers – tous Canadiens pour la plupart – auront le plaisir de faire jouer leur créativité afin de nous concocter des plats originaux, mêlant recettes traditionnelles (Accras, Colombo, Blanc Manger Coco…) et mets du Québec.

Martinique Gourmande

Le 19 août se tiendra donc le lancement officiel de cette 3ème édition au centre-ville de Montréal. Pour un avant-goût de saveur antillaise, le Comité Martiniquais s’est entouré d’Alain Ferraty, chef originaire de la Martinique et président du chapitre de l’Estrie de la Société des chefs cuisiniers et pâtissiers du Québec.

Pour plus d’informations : http://www.martiniquegourmande.ca
Si vous souhaitez posez des questions à Antoine : info@lamartinique.ca

9ème édition

Le festival de Percu de Longueuil – 9ème édition – qui a débuté le 15 juillet pour finir aujourd’hui, le  19 juillet a accueilli bien du beau monde!

Défilé

A moins de 10 minutes en bus, du métro de Longueuil, le Vieux-Longueuil frémissait lors du défilé présentant les différents invités de la journée.

Ban’Zawa, un groupe de carnaval antillais était de la partie. Ban’Zawa est né de la volonté de jeunes expatriés venant des Antilles Françaises – Martinique, Guadeloupe, pour ne citer que ceux là… – de faire découvrir aux Canadiens la culture musicale de leurs îles  ..très belle ambiance .

Pour les joindre, facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=30816336679&v=info

Ban’Zawa

Un autre groupe, venant de la Guadeloupe a fait exceptionnellement le voyage pour le festival. Le groupe Soley Nwè – Soleil Noir – nous a fait une démonstration de «Gwo Ka», spécialité de l’île. De nombreuses personnes se sont mises à danser aux rythmes du tambour, mais aussi grâce à la voix du leader Jean-Claude …

Soley Nwè

Il n’y avait pas uniquement que de la musique. Un peu plus loin se tenaient de nombreux artistes exposant «en live» leurs arts – peinture, sculpture, matériaux – . L’un d’entre eux a retenu mon attention. L’artiste Line Millotte est une merveilleuse et talentueuse peintre. Que se soit par les couleurs, par les formes,vous serez sur le charme, j’en suis sur . De très belles peintures qui méritent d’être vues par vous .

Line Millotte

Pour la joindre : facebook : http://www.facebook.com/profile.php?id=1002285053&ref=ts

Antilles

Merci à Serge pour le bon planteur antillais. Merci à Odile, Chantal, pour les accras de morue, les bokits – que je n’ai eu le temps de déguster qu’en les savourant visuellement – …